Mes chers élèves,

Face à l'actualité brûlante de ce début d'année, face aux déclarations et décisions précipitées d'une classe politico-médiatique surchauffée, face à la montée des extrêmes, du populisme binaire, des théories conspirationnistes, des communautarismes, des manipulations en tous genres, de l'intolérance et de l'instrumentalisation tous azimuts, il est impératif de laisser refroidir une atmosphère devenue irrespirable. Comme vous le savez, l'oxygène est le carburant du cerveau. Malheureusement, en raison d'une pollution informationnelle sans précédent, il commence à manquer de façon critique pour l'esprit démocratique.

onde

Au nom de la liberté d'expression érigée en dogme à géométrie variable, la France, et avec elle une partie du monde, se trouve piégée dans une extraordinaire série de paradoxes qui rendent l'analyse complexe. J'entends par complexe le fait qu'il existe différents angles de vue aboutissant à des analyses en apparence contradictoires et inconciliables. Nombre d'entre nous éprouvent une certaine angoisse face au trouble qui saisit immanquablement les esprits critiques. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le conspirationnisme envahit la cybersphère mais également les collèges, lycées et jusqu'à l'université, que ce soit parmi les élèves ou chez les enseignants. 

J'ai lu quelque part qu'il faudrait un livre pour évoquer, analyser et tenter de comprendre ce qui vient de se passer. En réalité, de nombreux livres viendront sans doute innonder les librairies dans les mois et les années à venir,. Business oblige, je ne suis pas sûr qu'ils contribueront tous à éclairer les faits et surtout les événements consécutifs aux faits.

Une fois les passions et la fièvre retombées, viendra le temps du recul et de l'analyse et, plus tard encore, celui du jugement et de l'histoire.

En attendant, je vous conseille de garder la tête froide. Quelque chose s'est produit dont la portée n'est pas encore évaluable. Conclure hâtivement au complot serait une erreur monumentale. Pour ma part et à brûle pourpoint, j'entrevois plutôt une logique d'échec sécuritaire, une improvisation stratégique désespérée, une instrumentalisation multiple des événements, une grande (auto-) manipulation des masses... 

Dès lors, c'est la posture d'observateur (analyse factuelle) qu'il convient d'adopter pour l'instant, en se réservant le droit d'intervenir dans le débat lorsqu'on détecte des indices de manipulation informationnelle. En ce sens, c'est en constructivistes que nous analysons parce que nous ne pouvons pas être uniquement spectateurs, mais plutôt "spect-acteurs". Car c'est notre avenir qui se construit sous nos yeux et en tant que citoyens, nous en sommes les maîtres d'oeuvre et dépositaires.

Ouverture et attention, discernement et vigilance, liberté et responsabilité, pluralisme et autonomie... telle est la voie étroite de l'intelligence informationnelle, sachant que l'erreur est humaine... (perseverare diabolicum)